Toutes nos publications

Suivez-nous dans notre blog
27
06 / 2014

Les formats de sauvegarde

Laro-Formats-de-sauvegarde-2

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi servaient tous ces modes de sauvegarde. Afin d’y voir plus clair, voici quelques explications et quelques trucs

Principaux modes de sauvegarde de Photoshop :

Photoshop (PSD)
Format original du logiciel.
Ne peut être ouvert que par Photoshop.
Pour sauvegarder le document de travail.

Photoshop 2
Permet la réouverture dans une version antérieure du logiciel.
Perte des calques (layers) à la réouverture.

BMP (Window Bitmap)
Format de sauvegarde de Windows Paint.

EPS (Encapsulated PostScript)
Permet de sauvegarder autant des images matricielles que vectorielles.
Non comprimées, les informations ne subissent aucune perte.
Format exclusivement utilisé pour le « prepress » et pour l’exportation des fichiers vers d’autres logiciels.
Seul désavantage : les documents sont trop « lourds » pour être utilisés dans d’autres applications (multimédia, Internet).

Photoshop DCS (Desktop Color Separation)
Développé par QuarkXPress, c’est un format EPS qui divise les canaux de couleur et permet de sauvegarder les séparations de couleur pour l’impression.

Photoshop DCS 2
Version améliorée qui permet de sauvegarder des fichiers qui contiennent des tons directs (projets en 2 couleurs PMS).

Targa
Ce format permet de sauvegarder les visuels avec un canal alpha pour le relief. Ce mode permet de compresser la texture en tenant compte de la répétition des motifs.
Permet uniquement la sauvegarde en RGB. N’affecte pas la qualité de l’image.
Destiné au 3D.

JPG (JPEG)
Compresse l’image matricielle en supprimant des informations qui seront perdues à la réouverture : la qualité de l’image est affectée.
L’image ne devrait pas être compressée plus d’une fois.
Plus la qualité de compression est élevée, moins l’image subira de perte.
Mode de compression le plus utilisé.

TIFF (Tagged Image File Format)
Ne sauvegarde que les images qui contiennent des données matricielles.
Parfait pour les images « Bitmap » et « Grayscale » ainsi que les images couleur RVB (rgb) ou CMJN (cmyk).
Permet de compresser les informations (LZW compression) sans en changer la qualité.
Offre une qualité d’image équivalente au EPS mais le temps de sortie est plus lent.
Permet de sauvegarder et compresser le fichier avec ses calques.
Équivalent du format PSD (Photoshop) en utilisant moins d’espace.

GIF (Graphic Interchange Format)
Ce format compresse les images en utilisant le mode LZW.
Il sauvegarde les images en 256 couleurs.
Très utilisé pour Internet.

PDF (Portable Document File)
Document PostScript qui permet une compression des images en JPG et qui n’est utilisé (à la sauvegarde) que par le logiciel Acrobat d’Adobe.
On peut ouvrir des fichiers PDF dans à peu près tous les logiciels d’Adobe.

PNG (Portable Network Graphic)
Sert aux images destinées à Internet.
Supporte des images de 24 bits/pixels et donne la possibilité d’inclure un canal alpha (masque) pour conserver la transparence.
Offre des options de sauvegarde qui permettent différents types de compression.

Pour l’impression d’une image de qualité, vous pouvez utiliser les formats : Tiff, Eps, Psd ou Png.

Pour le web, le format Jpeg avec une qualité 60 fera très bien l’affaire. On peut aussi utiliser le format Png.

Dans un document Power-Point : les fonds seront sauvegardés en Jpeg, alors que les éléments à intégrer, tels que graphiques, logos et signatures devraient l’être en Png.

Pour une photo ou un visuel en pixel, le mode de sauvegarde le plus économique en espace mémoire est le format Tiff en mode Rgb avec compression LZW (qui est équivalent du format Psd ; le blanc n’étant pas calculé). Ce document peut ensuite être compressé à nouveau en Zip, Rar ou autre système de compression qui permettra de l’expédier ou de l’archiver en occupant un minimum d’espace.
Les compressions Zip, Rar et autre type de compression qu’on utilise pour envoyer des documents, n’affectent pas la qualité des images.