Le Laro blog !

Suivez-nous dans notre blog
  • Écrire , c’est dessiner

    richard-lempereur_Art_ecrire

    Plusieurs fois millénaire, la calligraphie est l’osmose entre l’art et l’écriture. Plus qu’une virtuosité, le geste d’écriture pour plusieurs civilisations est intimement lié à une approche spirituelle et philosophique. Prestige pour certains, élévation de l’âme pour d’autres, le manuscrit en résultant inspire le respect par son élégance et sa beauté.

    Arabe, chinoise, japonaise, hébraïque, gréco-romaine, toutes ces calligraphies nous interpellent par leurs magnifiques gestuelles qui oscillent entre la lettre et le dessin.

    Plus près de nous, avec leurs enluminures et leurs lettrines, nos moines médiévaux ont été nos précurseurs dans la présentation des ouvrages.

    En quête d’inspiration, ce voyage dans le temps nous permet de poser un regard vers cette esthétique et d’y amalgamer notre modernité. La lettre sera décorative ou abstraite. Le graphiste, lui, tel un plasticien, l’utilisera en trame de fond, en superposition ou en dégradé, afin d’insuffler à son œuvre une touche de raffinement.

    J’aimerais vous faire connaître deux magnifiques artistes, maîtres-calligraphes français :
    Richard Lempereur http://richard-lempereur-calligraphe.com/index.php qui crée des abécédaires et des œuvres extrêmement artistiques et Laurent Pflughaupt http://www.le-callysteme.com/la-galerie, qui produit des tableaux calligraphiques dont la composition, l’harmonie des couleurs et des textures sont magnifiques. D’ailleurs sa ligne de temps portant sur l’écriture vaut le détour : http://www.le-callysteme.com/histoire.

    Laurent-Pflughaupt_calligraphie

  • Typographie écologique

    Ecofont-TypoVeraSans

    Dans une perspective de développement durable, les plus petits gestes peuvent mener à de grandes économies et participer à un impact positif pour l’environnement. Il faut savoir que la diminution des volumes d’encre d’impression, et surtout, du «toner» de nos imprimantes et de nos photocopieurs (en plus des émissions de COV lors de l’impression et des poussières de poudre de carbone & polymère lors des changements de cartouche) font partis des actions ayant un impact manifeste.

    Les polices de caractères «existantes» utilisant le moins d’encre d’impression sont le Garamond (la plus efficace), le Times New Roman et le Century Gothic.
    Une agence des Pays-Bas «Spranq creative communication» a creusé littéralement la question et a créé une police de caractère trouée «Vera Sans» (gratuite) n’ayant aucune incidence sur la lisibilité du texte. Limitatif sur les possibilités créatives, penserez-vous !
    Non, car la compagnie néerlandaise y a pallié, en offrant le logiciel Ecofont (coût abordable) qui vous permet d’utiliser votre police de caractère préférée et d’imprimer sa variante «trouée» d’une seule touche. Donc, si on veut multiplier les économies, on utilise une police de caractère déjà moins gourmande en encre et on imprime celle-ci avec le logiciel créé par Ecofont. L’utilisation de ces typographies permettrait d’économiser jusqu’à 50% d’encre ou de toner dans certains cas.

    Ryman eco fontEn collaboration avec la marque de papeterie anglaise Ryman, l’agence Grey London avec le designer Dan Rhatigan de Monotype, ont développé une typographie écologique d’un tout autre genre. Dédiée, elle aussi, à la consommation responsable, la police Ryman Eco (gratuite) est ajourée par des strates de lignes blanches. Le principe est le même, mais les vides créés en font une typographie extrêmement élégante et stylée pour des titres et un corps de texte plus gros. À 8, 9 ou 10 points, les éclaboussures ou bavures d’encre ne permettent plus de percevoir les lignes qui semblent comblées à l’intérieur de l’empattement des lettres. Elle consommerait 33% d’encre de moins que les polices de caractère standard.

    Un autre facteur dont il faut tenir compte est la largeur du caractère ou si vous préférez son facteur «étendu», car il a une incidence sur la consommation de papier. Pour une taille identique, une police étroite permet d’écrire plus de mots sur la même surface. La palme revient à la fonte sans sérif «Calibri» et la fonte avec sérif «Times New Roman».
    Un «pensez-y bien» qui a une incidence sur notre consommation journalière d’impression au bureau et à la maison.

    Pour télécharger les 2 polices de caractère gratuites :
    http://www.ecofont.com/fr/produits/vert/police/telechargement.html
    http://www.rymaneco.co.uk/

  • Des retouches à la Dali !

    Erik-Johansson-cut-and-fold

    « Cut and fold »

    Erik-Johansson-landfall

    « Landfall »

    Erik Johansson est un photographe-retoucheur de 29 ans qui crée des images surprenantes. Il maîtrise l’illusion et le trompe-l’œil. Il se définit comme un artiste numérique. Pour lui, la photographie est un moyen d’assembler le matériel nécessaire pour réaliser les œuvres qu’il imagine. Il s’inspire principalement du quotidien, mais il sait lui insuffler une nouvelle dimension et nous projeter dans un univers surréaliste.

    D’origine suédoise, il habite et travaille maintenant à Berlin, en Allemagne. En plus de sa production personnelle, il réalise des mandats de retouches pour des agences de publicité. Il a des clients aussi prestigieux que Google, Adobe et Microsoft.

    Ses admirateurs peuvent se procurer un tirage de ses œuvres sur son site web au www.inprnt.com/gallery/erikjohansson

  • Andy Warhol s’affiche !

    andy-warhol-pop-art

    Le plus graphiste de tous les artistes… ou le plus artiste de tous les graphistes ?


    Peu importe, mais il a contribué par son œuvre à déstabiliser l‘univers pictural de ses contemporains avec ses boîtes de soupe Campbell et ses portraits de vedettes américaines.

    Andy Warhol s’expose actuellement à notre regard au Musée d’art contemporain de Baie-St-Paul jusqu’au 13 octobre 2014. «Art et image de marque» réunit 40 affiches d’une collection privée, celle du montréalais Paul Maréchal. Un incontournable si votre destination vacances passe par Charlevoix !

    Si vous la manquez, le Musée des Beaux-Arts de Montréal la présentera du début novembre 2014 au mois de mars 2015.

    Ambassadeur emblématique du Pop Art, l’univers de Warhol dépeint notre société de consommation. N’a-t-il pas dit «L’art des affaires est bien plus intéressant que l’art de l’art». De 1962 jusqu’à son décès en 1987, il innovera en mettant de l’avant les traits d’une société industrielle et commerciale. Ses motifs de prédilection sont les marques de différents produits et les visages de célébrités.

    Artiste pluridisciplinaire, Andy Warhol est bachelier en art publicitaire du Carnegie Institute of Technologie de Pittsburgh. Il travaillera à New-York comme dessinateur publicitaire pour la revue Glamour, puis Vogue et Harper’s Bazaar.
    Il reçoit le prix de la meilleure publicité parue dans la presse, remis par l’Art Directors Club en 1952. D’autres prix lui seront décernés au cours de la décennie.

    Sa première exposition a lieu à New-York en 1954, mais c’est en 1962 qu’il peint ses premières boîtes de soupe Campbell. Peintre, sérigraphe, il sera aussi un cinéaste avant-gardiste, de même qu’un producteur de musique.

    Et pour la petite histoire, c’est lui qui a lancé l’expression très connue du «15 minutes de gloire»!

  • Un livre à lire avec une pomme…

    Comment-penser-comme-Steve-JobsPersonnage hautement controversé, Steve Jobs a tout de même imposé sa vision du monde et APPLE est aujourd’hui, un incontournable dans nos vies, que ce soit par l’usage de ses supports informatiques (lecteur, tablette, téléphone, ordinateur) ou lors de l’utilisation de ses applications comme ITunes. Il a littéralement révolutionné notre monde en nous permettant de nous approprier la machine, de même que la manipulation des images et du son dans nos outils de travail comme dans le divertissement.

    «La simplicité est la sophistication ultime» Apple 1977
    Ce slogan exprime encore aujourd’hui, toujours aussi parfaitement, ce que l’on ressent lorsque que l’on acquiert un produit Apple, soit la distinction dans la simplicité.
    La marque est synonyme de design et de pureté autant de l’objet que de l’emballage au packaging impeccable, jusqu’à la convivialité des fonctions de l’outil.
    L’expérience Apple passe par la séduction et le plaisir.

    Si vous n’avez pas lu la biographie de Steve Jobs, voici un livre parfait pour la farniente de l’été et qui résume particulièrement bien le cheminement de l’homme. Paru chez Marabout en Janvier 2014, il s’intitule «Comment penser comme Steve Jobs ».

    À notre sens, il aurait plutôt dû s’intituler «Comment pensait Steve Jobs», car qui voudrait être un clone du personnage ?
    L’ouvrage nous permet de faire connaissance avec l’individu qui est à l’aube de ses études supérieures et nous fait suivre son parcours d’entrepreneur.

    Par quelques textes en exergue, l’auteur en profite aussi pour nous brosser un portrait des principales compagnies œuvrant dans le domaine informatique à cette époque. Il nous dépeint aussi son univers personnel comme ses idoles et ses lectures.

    Le seul bémol sont les titres de chapitres qui servent de «mode d’emploi» pour devenir un émule de Steve Jobs. Si on en fait abstraction, ce petit livre de 208 pages se lit avec plaisir et sans effort. Le but du livre est atteint, soit de nous faire connaître le personnage sous tous ses aspects, tant personnels que professionnels et ainsi suivre l’évolution de sa pensée. L’ouvrage nous permet également d’avoir une vue d’ensemble des acteurs qui gravitaient autour de lui.

    Bonne lecture !